GT « Extraordinaire » sur les directeurs

0
485

Jeudi 30 novembre 2017      13h45 – 15h45       Collège Emile Hugo (La Bretagne)

Intervention de M. L’IA DAASEN :

  1. l’IA DAASEN rappelle que c’est bien une volonté du Rectorat de simplifier les tâches administratives des directeurs.

C’est dans ce sens qu’ont été mis en place ONDE et l’INTRANET.

La perte des contrats aidés va se faire progressivement et toutes les écoles ne vont pas être impactées en même temps.

Il doit rencontrer le Ministre le 13 décembre prochain, il fera une demande de moyens supplémentaires pour la Réunion mais il ne faut pas espérer de contrats aidés au niveau national.

Le but de la réunion d’aujourd’hui est de faire un état des missions des aides administratives qui dépendent de l’Education Nationale dans un premier temps. Dans un deuxième temps, il souhaite définir dans les missions des directeurs : celles qui sont incontournables, celles que l’aide administrative fait et celles qu’on pourrait améliorer ou faire autrement.

Premier temps : état des missions

Chaque représentant des syndicats présents met en évidence les difficultés à exercer son métier de directeur sans une aide administrative. Il est dit notamment que l’administration les contraint à travailler dans l’illégalité et qu’ils n’ont pas les mêmes moyens qu’au collège, avec pourtant des effectifs souvent équivalents.

Il en ressort qu’il y a une véritable nécessité d’un accompagnement humain au métier de directeur.

Deuxième temps : les missions des directeurs

Les missions des directeurs sont clairement définies dans le référentiel des directeurs. Ce n’est pas aux représentants des syndicats de définir des priorités dans ces missions. Elles sont réglementaires et doivent être faites pour ne pas porter atteinte à la sécurité de l’école.

Les directeurs revendiquent encore une fois le fait qu’ils ne pourraient pas faire toutes ses missions sans une aide à la direction.

Des pistes sont proposées :

Avoir un AED de « vie scolaire ». Il faudrait répartir les moyens en AED du 1er degré auprès des écoles qui en auraient le plus besoin. Les critères de ce redéploiement sont à discuter.

Recruter des contractuels.

Mettre en place un service civique.

Faire un effort sur les décharges.

Amener les mairies à prendre plus de responsabilité financière.

 

Bilan : Le métier de directeur ne peut se faire sans un accompagnement humain. Celui-ci pourrait être trouvé par une nouvelle répartition des AED du 1er degré (175,45 ETP) mais il n’y en aura pas assez pour toutes les écoles. Cette répartition se ferait plutôt pour les écoles de plus de 3 classes. On pourrait envisager une augmentation de décharge des directeurs. Un travail avec les mairies pourrait prolonger la simplification des tâches administratives amorcées par le Rectorat.

LEAVE A REPLY